Expositions
Jeunes Publics
Animations
Conférences - Savoirs Partagés
Ressources
 

Contacts
Agropolis-Museum
Tél : 04 67 04 75 00
Fax : 04 67 04 13 69
Mail : museum@agropolis.fr

Communiqué de presse (PDF)

 


   
 

1- L'Année Internationale du Riz : contexte international, national et local

L'initiative de lancer une Année internationale du riz (AIR) a vu le jour en 1999, lorsque l'Institut international de recherche sur le riz (IRRI) - s'inquiétant, à l'instar de ses membres, des menaces croissantes qui pèsent sur le développement de la riziculture - a sollicité l'aide de la FAO en vue de déclarer une AIR. Le 16 décembre 2002, lors de la cinquante-septième session de l'Assemblée générale des Nations Unies, la FAO a déclaré l'année 2004 " Année Internationale du Riz " (AIR).

La mission de l'AIR est énoncée ainsi :

"L'Année internationale du riz a pour objectif d'encourager un accroissement de la production rizicole ainsi qu'un accès amélioré à cette récolte vivrière primordiale qui nourrit plus de la moitié de la population mondiale tout en faisant vivre des millions de personnes chargées de la production, du traitement et du commerce du riz. Le développement de systèmes de riziculture viables permettra d'éliminer la faim et de réduire la pauvreté tout en contribuant à préserver l'environnement et à assurer une vie meilleure aux générations présentes et futures pour qui " Le riz, c'est la vie "".


L'Année Internationale du Riz a été organisée par un groupe de grandes organisations internationales sous la direction de la FAO. Le fait de consacrer une Année internationale à une récolte unique est sans précédent dans les annales de l'Assemblée générale des Nations Unies. Elle sera célébrée en collaboration avec les Gouvernements, le PNUD, les instituts de recherches et d'enseignement nationaux et/ ou internationaux ainsi que des Organisations non gouvernementales (ONG). Au total, quarante quatre pays participent à l'AIR.

La France est représentée officiellement au niveau de l'AIR par le CIRAD, une des composantes fondamentales du complexe international de recherche et d'enseignement, Agropolis, à Montpellier. Le CIRAD, en tant que correspondant français de l'AIR a informé Agropolis-Museum de cette initiative qui a aussitôt marqué son intérêt pour ce projet, compte tenu de sa mission de diffusion de la culture scientifique.

 


2- Pourquoi en effet consacrer une " année " au riz ? …

Quelques chiffres ci-dessous montrent l'importance du riz dans le monde …

Savez-vous que ? …

1. Le riz est cultivé dans 113 pays et sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique !

2. Le riz, l'une des trois céréales les plus cultivées au monde, couvre 15 % des surfaces cultivées. Cette plante vivrière tolère des conditions climatiques et des sols variés : désert, chaleur, humidité, inondations, sécheresse, froid, sols salins, alcalins et acides.

3. Le riz constitue l'aliment de base pour plus de la moitié de la population mondiale. Plus de 2 milliards de personnes en Asie tirent 60 à 70% de leurs apports énergétiques du riz et de ses dérivés. Le riz apporte le tiers de la ration en calories aux populations d'Afrique et d'Amérique latine.

4. La riziculture représente l'activité de base et la principale source de revenus pour près de 100 millions de foyers en Asie et en Afrique.

5. Près des 4/5 du riz mondial est cultivé par de petits agriculteurs dans des pays en développement à faible revenu. Le riz est surtout consommé sur place : seulement 5 % du riz produit est échangé dans le monde contre 20 % pour le blé.

6. En abritant une grande variété d'organismes terrestres et aquatiques du fait de la présence continue d'eau fraîche, les rizières contribuent, d'un point de vue environnemental, au maintien de la biodiversité. Cette dernière offre en retour un potentiel de diversification des sources alimentaires pour les populations locales.


Le riz représente ainsi un véritable enjeu planétaire du fait de l'augmentation de la population mondiale qui va s'accroître de 100 millions de personnes par an d'ici 2025. Ce ne seront plus 6 milliards d'habitants qu'il faudra alors nourrir mais 8,5 milliards.

Pour les chercheurs du CIRAD, de l'IRD, etc. l'amélioration de la productivité et la durabilité des systèmes rizicoles sont deux objectifs essentiels qui mobilisent les équipes de recherche de Montpellier.

MAIS SI LE RIZ EST UN ALIMENT ESSENTIEL, IL EST AUSSI BIEN PLUS QU'UN ALIMENT…

" Près de 3 milliards de personnes partagent la culture, les traditions et le potentiel inexploité du riz. Dans les villages reculés de l'Asie du Sud-est, les agriculteurs comparent toujours un grain de riz à un "grain d'or". Les habitants du Japon moderne considèrent le riz comme le centre même de leur culture. Le long de la rivière Sénégal en Afrique de l'Ouest, les villageois accueillent leurs visiteurs avec des plats gastronomiques au riz " (source : FAO).

Où qu'il soit cultivé, le riz figure dans l'alimentation quotidienne des peuples, lors des rites religieux, dans des peintures et dans des chansons. Même dans les nations dites "sans tradition rizicole" (comme dans le Sud de l'Europe), la culture de ce produit a modifié les paysages, introduit un nouvel art culinaire et assuré aux agriculteurs de nouveaux revenus.

Comme l'énonce la FAO, " le riz représente la société, la culture, la politique, les affaires, la beauté des paysages, les peuples au sein de leurs communautés. En somme, le riz, c'est la vie" …

 


3- Les enjeux de l'AIR

Si " le riz est synonyme de vie ", la riziculture doit faire face, selon la FAO, à des obstacles considérables, parmi lesquels des niveaux " de rendement en baisse, un épuisement des ressources naturelles, une pénurie de main-d'œuvre, la parité des sexes, (…) les déficiences institutionnelles et la pollution de l'environnement. Vaincre la faim, la pauvreté et la malnutrition - tout en assurant la protection de l'environnement - exige l'action collective de l'ensemble des parties prenantes. La diversité des régions, des peuples, et des ressources ainsi que leur articulation au sein des systèmes de riziculture, exige une démarche diversifiée en matière du développement mondial de la riziculture et doit prévoir une participation tant au niveau local qu'au niveau international ".

Le but essentiel de l'AIR consiste à promouvoir le développement efficace et durable de la riziculture et des systèmes de production rizicole, maintenant et dans les années à venir.

Afin de s'acquitter de cette tâche principale, la stratégie de l'AIR met l'accent sur les buts intermédiaires suivants :

" Sensibiliser le grand public à l'apport des systèmes de riziculture en matière de sécurité alimentaire, de nutrition améliorée et de réduction de la pauvreté".

" Sensibiliser le grand public à la diversité et à la complexité du riz et des systèmes de production rizicoles".

 


4. L'AIR au sein d'Agropolis-Museum

Dans le cadre de ses missions de diffusion de la culture scientifique liée aux institutions d'Agropolis et compte-tenu des enjeux de l'AIR énoncés ci-avant, la programmation d'Agropolis-Museum sera dédié d'octobre 2004 à janvier 2005 au riz. Agropolis-Museum deviendra la Cité du riz.

Le CIRAD et les différentes institutions scientifiques membres d'Agropolis (IRD, INRA, CNEARC) apportent en amont et en aval du projet leur expertise en matière de contribution scientifique, de conception et de mise à disposition d'expositions, de collecte et d'échanges d'objets muséographiques, de ressources documentaires, de réseaux…

Pour favoriser une approche pluridisciplinaire et comparative du riz, il est parfois nécessaire de faire appel à des chercheurs d'autres institutions (EHESS, Universités…), en particulier des anthropologues.

Par ailleurs, des professionnels de la filière " riz ", des opérateurs socio-économiques concernés par le riz (organismes liés à l'aménagement du territoire, commerce équitable, restaurants, …), des artistes et des médiateurs (conteurs, chanteurs, danseurs…), des associations socioculturelles ambassadrices de pays producteurs de riz prendront également une part active à la manifestation.

Agropolis-Museum souhaite ainsi offrir à un large public une vision à la fois globale et cohérente, originale et plurielle du riz.


Sources :
FAO, Site Internet de l'AIR 2004

CIRAD, Le riz qui nourrit le monde, février 2002


Comité de pilotage