Voir la page précédente
Table des matières
Accueil
16
 
Blé hybride du bon fermier

D'hiver.

Paille jaunâtre, courte et forte.

Épi blanc laiteux, allongé, légèrement aristé à l’extrémité, à épillets très ouverts, moyennement serrés sur l’axe et à glumelles crochues.

Grain jaune, gros, court et remarquablement dense.

C’est un des meilleurs hybrides obtenus à Verrières ; il provient d’un croisement fait par M. Henry de Vilmorin en 1894, entre le Blé gros bleu et le Blé Seigle. Après dix ans d’étude, nous l’avons mis au commerce en 1904. Il est assez remarquable de constater que l’idéal cherché, c’est-à-dire de créer un Blé gros bleu à épi plus fort et à meilleur rendement, à été obtenu grâce à l’influence du blé Seigle, qui cependant n’a laissé à l’hybride aucun de ses caractères physiques. On peut dire que le Blé du Bon Fermier appartient nettement à la famille de sa mère dont il a conservé toutes les bonnes qualités. Il présente une résistance suffisante à la rouille, à la verse et à la gelée ; et, sans être tout à fait aussi précoce que le Blé hybride hâtif inversable, il est un des premiers à mûrir. Malgré son obtention encore récente il est déjà très répandu dans les cultures et ses qualités se confirment à chaque récolte. Ce blé convient à toutes les terres riches et bien cultivées, et s’est très bien comporté partout en France.


Page de texte originale | Imprimer (PDF)

 

Planche : Blé hybride du bon fermier
Imprimer la page
Effectuer une recherche

Table des matières | Accueil | Agropolis-Museum