Voir la page précédente
Table des matières
Accueil
18
 
Blé hybride du trésor

D'hiver.

Paille blanche, assez grosse et haute, droite et creuse.

Épi blanc, légèrement fauve sur le profil, peu serré, à épillets dressés, ceux de la base ayant des glumelles crochues, ceux du sommet munis d’arêtes courtes et droites.

Grain jaune ou roux, gros, court, dur, très lourd et très plein, à cassure souvent vitreuse.

Le Blé à épi carré comme mère, et le Blé gros bleu comme père, sont les parents de cet hybride, obtenu par M. Henry de Vilmorin, à Verrières, en 1890, et mis au commerce par la Maison Vilmorin-Andrieux et Cie en 1899. Il se distingue par son tallage exceptionnel, par sa végétation vigoureuse et régulière, par sa résistance à la rouille, à la verse et à l’échaudage ; sa rusticité est satisfaisante, mais il est sensible à la carie. Il est très précoce et doit être coupé un peu avant la maturité complète, si l’on veut que son grain conserve toute sa qualité. On le cultive surtout dans les environs de Paris, dans l’Ouest, le Centre et le Midi ; sous le nom de Blé Parisien, on le rencontre souvent aussi dans le Nord et même en Belgique, ce qui prouve que presque tous les sols lui conviennent également bien. Dans le Finistère, en sol non calcaire, après culture sarclée et fumier, avec 300 kilogr. de superphosphate par hectare, il a donné un rendement considérable. Fait de printemps, le Blé hybride du Trésor réussit rarement bien ; il ne monte pas franchement et s’échaude presque toujours.


Page de texte originale | Imprimer (PDF)

 

Planche : Blé hybride du trésor
Imprimer la page
Effectuer une recherche

Table des matières | Accueil | Agropolis-Museum