Voir la page précédente
Table des matières
Accueil
26
 
Blé hybride hâtif inversable

D'hiver et de printemps.

Paille blanche, courte et très raide.

Épi assez fort, blanc, peu serré, légèrement fauve sur le profil, faiblement aristé au sommet.

Grain jaune pâle, court, bien plein et très lourd.

Ce blé provient d'un croisement fait à Verrières en 1898, entre le Blé gros bleu et le Blé Chiddam d’automne à épi blanc. Notre but en le sélectionnant était de répondre aux desiderata de la grande culture intensive, qui par-dessus tout apprécie dans un blé son rendement, sa précocité et sa résistance à la verse. En le présentant au public agricole en 1907, nous faisions remarquer que ce qualificatif d'inversable ne devait être pris que dans un sens relatif, car on peut toujours concevoir des conditions climatériques ou culturales, qui couchent le blé le plus solide. Cependant l'expérience de l'année 1908 permet de conclure que ces conditions doivent être extrêmement rares, en ce qui concerne le nouvel hybride, car, dans une saison où la verse a été particulièrement fréquente et désastreuse, le Blé hybride hâtif inversable s'est très bien comporté dans tous les sols. Sa précocité est indéniable; on peut le récolter cinq ou six jours avant le Japhet. Son rendement est considérable et dans des conditions moyennes dépasse 40 quintaux. Il est encore d'introduction trop récente pour que l'on puisse se prononcer d'une façon catégorique sur sa résistante au froid ; mais on a déjà pu éprouver sa résistance il la rouille qui est presque parfaite. Comme tous les blés hâtifs, il talle peu et demande à être semé dru. Il convient spécialement bien aux terres riches du Centre, de l'Ouest et du Nord.


Page de texte originale | Imprimer (PDF)

 

Planche : Blé hybride hâtif inversable
Imprimer la page
Effectuer une recherche

Table des matières | Accueil | Agropolis-Museum