La fête d'Osiris
au mois de Khoiak

Au mois de Khoiak, le quatrième mois de l'inondation, du 12 au 30, se célébrait dans toute l'Egypte, une grande fête en l'honneur d'Osiris, roi mort et divinisé, dont les cérémonies offraient des aspects communs aux mystères.

Elles reconstituaient, dans le secret des temples, les actes accomplis par Isis à la suite de la mort violente d'Osiris, tué par son frère Seth. Les actes les plus importants sont le remembrement du corps d'Osiris dépecé en quatorze ou seize morceaux dispersés et ses funérailles. Les rites connus par les textes de Dendara insistent sur la confection de deux statues d'Osiris momiforme, composées de limon, de grains d'orge mélangés au bitume et à des aromates.

Leur protection est assurée par des amulettes en pierres semi-précieuses. Ces statuettes (48 à 50cm de long) incarnent deux aspects d'Osiris, Osiris Khentamenty et Osiris Sokaris. Emmaillotées de bandelettes de lin, elles sont déposées selon les rites funèbres traditionnels dans une nécropole particulière, sous une butte plantée d'arbres sacrés, isolée, éloignée de toute présence humaine, de tout bruit. Etait également déposé pieusement un lambeau du corps d'Osiris.

La mort d'Osiris coïncide avec la mort des végétaux et à l'arrivée des eaux. Avec le retrait des eaux, à la fin du mois de Khoiak, le cycle végétal reprend son cours. La renaissance de la végétation va de paire avec la renaissance des êtres vivants. Les divinités défuntes peuvent retrouver leur jeunesse, soit sous une forme végétale, l'orge germant, les perséas fructifiant sur la butte funéraire, soit sous la forme d'un dieu fils, Horus. C'est le cas d'Osiris.

Marguerite ERROUX-MORFIN
UMR 5052 du CNRS
Université Paul Valéry, Montpellier


Bibliographie
E. Chassinat, Le mystère d'Osiris au mois de Khoiak.. Fasc. I et II, Le Caire, 1966, 1968


Osiris | Les dieux et génies du grainAccueil | Agropolis-Museum