Osiris végétants

En Égypte, il était de coutume de modeler des images d'Osiris couché, composées de limon, de grains d'orge et d'eau. Cette image, parfois une simple toile de lin où est dessinée à l'encre noire la silhouette d'Osiris momifié, comme celle de Maherpri, était déposée dans la tombe, comme un gage d'immortalité.

Dans la tombe de Toutânkhamon, la toile de lin, le mélange limon et grains de l'Osiris végétant sont maintenus par un cadre de bois.


Osiris
Papyrus Jumilhac

Dans les tombes d'ouvriers de Deir el-Médîna, il ne s'agit plus de la silhouette du dieu Osiris mais d'une simple boule de terre pétrie de grains d'orge, remplissant le même rôle. Les grains arrosés germent en moins d'une semaine, ainsi la résurrection d'Osiris est assurée. Le mort, identifié à Osiris, se trouve lié à cette résurrection qui se déroule à l'intérieur de la tombe, par magie sympathique.

Une formule, " Se transformer en Nepri (dieu du grain) " relevée dans les Textes des sarcophages, donne l'explication :

" Je suis entré en Népri ; les produits sont sortis quand je mourus… ; les mouches ont tiré profit des chairs véreuses… Je vis et je meurs, (car) je suis Osiris. Je suis sorti de toi, je suis entré en toi, j'ai grossi en toi, j'ai poussé en toi. Je suis tombé sur mon côté, (de sorte que) les dieux vivent de moi. Je vis et je pousse en Népri…Je recouvre Geb (la terre) Je vis, je meurs, je suis le blé, je ne suis pas anéanti.… " (trad. P. Barguet)

L'orge a été choisie de préférence au blé car son temps de germination et de croissance est plus rapide, et correspond au temps mis par le premier croissant de lune à réapparaître dans le ciel. De plus, Osiris dans la religion égyptienne est assimilé à la lune, sa mort à la phase d'invisibilité de la lune. L'image de l'Osiris végétant a été rapprochée du jardin d'Adonis, dieu phénicien et syrien adopté par les Grecs. Leur coutume, en effet, consistait à semer dans des vases, des tessons ou dans des paniers, toutes sortes de plantes qui germent et croissent rapidement, telles le fenouil, la lentille, la laitue et l'orge.

De nos jours encore, les crèches d'Egypte et de Provence ont pour décor une coupelle remplie de terre où germent des graines de céréales. Le solstice d'hiver, le 21, 22 décembre, est le début de la montée de la sève et par conséquent du réveil de la végétation.

 

Marguerite ERROUX-MORFIN
UMR 5052 du CNRS
Université Paul Valéry, Montpellier


Bibliographie
P. BARGUET, Textes des sarcophages égyptiens du Moyen Empire, coll. LAPO 12, Paris, 1986, p. 543
J.G. FRAZER The Golden Bough, Adonis, Attis, Osiris. Studies in the history of oriental religion, vol. II, London, 1914, p. 96-97.



Osiris | Les dieux et génies du grainAccueil | Agropolis-Museum