La poupée de blé

Des épis d'orge ou de blé sont tressés en forme de poupée pour être suspendus au-dessus de la porte de la maison comme gage d'abondance. Ils proviennent de la dernière ou, selon les régions, la première gerbe moissonnée. Leurs grains seront mêlés aux autres lors des semailles suivantes.

Vannage devant une poupée de moisson
Vannage devant
une poupée de moisson
 
© N. Guilhou
Vans manuels
Vans manuels
Musée agriculture ancienne

Cette coutume se perpétue dans la vallée du Nil, les oasis sahariennes et le pourtour de la Méditerranée. L'exemple le plus ancien date du Nouvel Empire et se trouve représenté dans trois tombes thébaines. Dans les trois cas, cette poupée est associée à une scène de vannage. Des hommes vannent le grain en le lançant en l'air au moyen de deux palettes courbées ; ainsi les grains retombent en pluie, tandis que la balle est emportée par le vent. A droite de cette scène, dans la tombe de Khâemhat est sculptée une poupée de blé accompagnée d'offrandes de pains, de gâteaux et d'un petit vase globulaire rempli certainement d'eau fécondatrice du Nil. Ces offrandes destinées probablement à Renenoutet sont faites à la fin des moissons, après le vannage.

Les épis n'ont pas été meurtris par le sabot de l'âne au moment du dépiquage. Ils ne sont pas dénudés ; ils ont été recueillis avec le souci de ne pas épuiser la force vivifiante de la graine mais, pour qu'elle germe encore l'année suivante

M. ERROUX-MORFIN
UMR 5052 du CNRS
Université Paul Valéry, Montpellier


Bibliographie
Eliade M., Traité d'histoire des religions, Paris, 1953, p. 285.
W. S. Blackman, " Some occurrences of the corn'aruseh in Ancient Egyptian tomb paintings ", JEA 8, 1922, p. 235.

Retour accueil Les céréales dans le domaine funéraires Fêtes, rites et croyances | Accueil | Agropolis-Museum