Retour Accueil Exposition  La terre est bleue comme une orange... Jamais une erreur les mots ne mentent pas Dans cet air algérien, si léger, si pur, la neige semblait une poussière de nacre. Elle avait des reflets de plumes de paon blanc. Le plus beau c'était le bois d'orangers. Les feuilles solides gardaient la neige intacte et droite comme des sorbets sur des plateaux de laque, et tous les fruits poudrés à frimas avaient une douceur splendide, un rayonnement discret comme de l'or voilé de claires étoffes blanches. C'étaient des fruits superbes d'un rouge pourpre à l'intérieur. Ils me paraissaient exquis, et puis l'horizon était si beau ! Sous son casque d'or,  l'orange à la tête bandée. Nous avons vu que la cerise se marie admirablement avec la groseille et nous nous sommes récemment rendu compte aussi  que la pastèque unie à l'orange constitue un alliage des plus heureux et donne un produit délicieux. Jusqu'aux années 1950, les oranges étaient un luxe réservé aux gens fortunés; il était exclu des tables populaires.  Petit enfant, je ne recevais d'orange que pour la Saint Nicolas où elle figurait dans la traditionnelle assiette composée de noix, de noisettes, de figues et de dattes… "..Alors, à l'abri d'une clairière, il sort les oranges de son sac et les contemple. Elles sont très belles mais à part cela, elles n'ont rien de particulier. Il en tranche une par le milieu. ...Aussitôt sort de cette orange une jeune fille d'une merveilleuse beauté, et cette jeune fille dit: Comme dans l'éponge il y a dans l'orange une aspiration à reprendre contenance  après avoir subi  l'épreuve de l'expression.  je le renversais, le mettais à droite au bout de la cheminée, et ma mère posait dessus une belle orange. La pomme d'or prenait ainsi sa place parmi tous nos fétiches. ...Et nous sommes de retour En offrande ...et il m'arrive encore de songer au bonheur comme à une belle orange de Noël  qu'il faudrait partager entre tous les hommes pour que réellement ils la mangent  Retour Accueil Exposition