Les agdal



Conférence-débat
du 25 février 2004
à Agropolis Museum

du Haut Atlas marocain
De nouveaux enjeux pour des pratiques de gestion ancestrales des forêts et pâturages

Par Laurent Auclair (Agronome et géographe - IRD /LPED - UNIV. PROVENCE)

avec le concours d'Alain Bourbouze (IAMM /ENSAM)

Résumé

En marge du progrès, fragilisée par une forte pression anthropique, la montagne du Haut-Atlas, façonnée par l'histoire, abrite des cultures berbérophones originales dans leurs rapports à la nature et au temps.

La carence de la gestion forestière et pastorale par l'Etat, inapte à freiner la dégradation écologique et la perte de biodiversité, dé-responsabilise les populations et conduit à une impasse. Pourtant des pratiques communautaires de gestion (agdal) existent, maintiennent dans de nombreuses régions du Haut Atlas des règles d'accès et d'usage des ressources naturelles. Quel est leur impact sur la biodiversité ? comment sont-elles perçues et comment affermir leur rôle ?

Face à l'enjeu touristique, des préoccupations de sauvegarde du patrimoine montagnard se développent, des parcs et des sites d'intérêt biologique et écologique sont créés. Une approche novatrice en termes de protection-conservation des milieux repose sur la participation des populations. Reste à imaginer la place des pratiques et des savoirs locaux (comme l'agdal), en particulier au sein des aires protégées; et instituer des nouvelles formes territorialisées de concertation et de négociation avec les populations montagnardes.

En savoir plus :

Gestion de la mobilité et résistance des organisations pastorales des éleveurs du Haut Atlas marocain face aux transformations du contexte pastoral maghrébin. (pdf 369Ko)
(Bourbouze A., (1999) in "Managing mobility in african rangeland : the legitimization of transhumant pastoralism", Niamir-Fuller M. and Turner M. D. (eds), 28 p.)

 

Orientations de lecture

  • Amahan A. 1998. Mutations sociales dans le Haut Atlas. Les Ghoudjama. Ed. Maison des Sciences de l'Homme, Paris, Ed. de la Porte, Rabat, 325 p.
  • Auclair L., 1996. L'appropriation communautaire des forêts dans le Haut Atlas marocain. In Les ressources naturelles renouvelables, Pratiques et représentations, Cahiers des Sciences Humaines, vol. 32 n° 1, ORSTOM (Ed.), Paris : 177-194.
  • Bourbouze A. 1997. Des agdal et des mouflons. Protection des ressources et (ou) développement rural dans le parc naturel du Haut Atlas Oriental (Maroc). Courrier de l'Environnement de l'INRA 30: 63-72.
  • Fay G., 1986. Désagrégation des collectivités et dégradation des milieux dans le Haut Atlas marocain. In Désert et montagnes au Maghreb, Hommage à Jean Dresch, Revue de l'Occident Musulman et de la Méditerranée 41-42, Edisud (Ed.), 234-248.
  • Ilahiane H. 1990. The berber agdal institution : indigenous range management in the Atlas mountains. Ethnology, vol. 38, 1 : 21-45
  • Mahdi M. 1999. Pasteur de l'Atlas. Production pastorale, droit et rituel. Fond. Adenauer (Ed.), Casablanca, 347p.

Contacts



Retour Rétrospective | Retour Savoirs Partagés | Retour Agropolis-Museum