La Bolivie : son développement

Conférence
donnée à
Agropolis Museum
le 18 octobre 2001

et ses contradictions
Pauvreté et dépendance alimentaire

par Jean-Claude Roux (IRD Montpellier),
Louis Arreghini (IRD Montpellier)
et René Lechon (Journaliste scientifique)
 

 

Résumé

Retranchée au-dessus de la côte du Pacifique et en arrière des terres basses orientales, soumise depuis la seconde moitié du XIXe siècle à de sévères amputations territoriales, la Bolivie s'est retrouvée peu à peu confinée derrière ses barrières andines. Elle n'a échappé à l'asphyxie qu'en s'enracinant dans un solide particularisme tout en se satisfaisant d'une rente minière qui seule a assuré le fonctionnement minimal d'un État faible et instable.

Avec cette dichotomie caractéristique (extraversion économique et introversion socio-spatiale), la Bolivie a hérité de fortes carences en infrastructures et en équipements collectifs. Elle a accumulé d'importants retards de développement socio-économique la situant parmi les pays les plus pauvres d'Amérique du Sud. Malgré de substantiels progrès depuis 1970, l'analphabétisme domine encore, la mortalité infantile est très élevée (69”), l'espérance de vie courte (61,4 ans).

Sa position géopolitique privilégiée, entre les Andes du Sud et les bassins de l'Amazone et de La Plata, fait cependant aujourd'hui de la Bolivie un pays-charnière, une interface de premier ordre pour les échanges intercontinentaux est-ouest. Les réformes économiques des dernières décennies et l'insertion récente dans le nouvel ordre économique mondial ont accéléré les dynamiques insufflées par la réforme agraire engagée en 1953.

Les recherches effectuées au sein de l'Observatoire des Réseaux et des Espaces dans les Llanos, les Andes et l'Amazonie sur
l'intégration et la coopération régionale (ORELLANA) ont permis de comparer les structures et les dynamiques spatiales et de connaître les déséquilibres territoriaux. De véritables mutations spatiales ont été révélées avec l'inversion des polarisations, émergence des territoires orientaux et déclin de la Bolivie andine.

(extrait de Arreghini L., Roux J-C., 2000)

=> En savoir plus

La Bolivie : des Andes vers les Orients. Disparités spatiales et dynamiques socio-économiques

La Bolivie : des Andes vers les Orients.
Disparités spatiales et dynamiques socio-économiques

par Louis Arreghini et Jean-Claude Roux
IRD Montpellier, 58 cartes, 30 graphiques

Téléchargeable au format PDF - 8,4Mo - 142 pages

Orientations de lecture

  • Arreghini L., Roux J-C., 2000. La Bolivie : des Andes vers les Orients. Disparités spatiales et dynamiques socio-économiques. IRD Montpellier, 58 cartes, 30 graphiques. (Format PDF - 8,4Mo - 142 pages)
  • Deler J.P., 1991. La Bolivie, enclaves sous influences. G.U. p. 296-314. Amérique Latine. Belin-Reclus, 479 p.
  • Inchauste Ch., 1998. Bolivie : ombres et lumières d'un pays émergent. In : Problèmes d'Amérique Latine n° 28 : 57/69.
  • Oviedo F., Roux J.C., 1995. Les hommes du quinquina. Comportements démographiques et cycles de l'économie extractive dans une région bolivienne enclavée : Caupolican (1830-1880). In : Cahiers Sciences Humaines. Orstom : 969-986, 1995.
  • Pasco G., 1998. La colonisation mennonite en Bolivie : Culture et agriculture dans l'Oriente bolivien. Mémoire de Maîtrise de Géographie Humaine, Université de Paris I. Institut de Géographie de la Sorbonne, 183 p.
  • Roux J.C., 2000. La Bolivie Orientale. Confins inexplorés, battues aux indiens et économie de pillage. Col. Recherche Amériques Latines, L'Harmattan, Paris.

Contacts


Retour Rétrospective | Retour Savoirs Partagés | Retour Agropolis-Museum