Les coproductions

Les Savoirs Partagés bénéficient de l'appui des membres de la communauté scientifique d'Agropolis sans exclusive, certaines séances étant menées en partenariat avec des associations, des écoles supérieures et l'Université.

L'année 2004 a permis d'inaugurer une collaboration avec :

 L'AGRO.M, Ecole nationale supérieure d'Agronomie de Montpellier
 Le CNEARC, Centre National d'Etudes Agronomiques des régions Chaudes
 La Fondation des Sciences Citoyennes
 L'Académie des Technologies et l'Académie d'Agriculture de France

      

 Les Controverses socio-techniques (Agro.M)

Les " Controverses " alimentent aujourd'hui plus que jamais les débats de société, et tous les secteurs d'activités sont concernés.

Dans une formation du Dpt. Sciences Economiques, sociales et de gestion de l'Agro.M, les étudiants ingénieurs agronomes élaborent, par groupes de cinq, un dossier sur un point chaud de l'actualité scientifique et technique parmi une liste de thèmes prédéfinis. Une restitution et exposition de posters a lieu à l'école en avril et il a semblé particulièrement intéressant de pouvoir la valoriser et la porter à la connaissance d'un public plus large.

Plusieurs controverses ont déjà été présentées en Savoirs Partagés, avec affichage des posters. Le tuteur des étudiants est présent, et un expert de la recherche ou de la profession est invité comme discutant.

De nombreux sujets ont fait l'objet de "Controverses socio-techniques" à l'Agro Montpellier, et plusieurs ont été présentés à Agropolis-Museum depuis l'introduction de cette formule en 2004 :

 La déforestation et l'utilisation des bois tropicaux (28 avril 2004)
 Les parcs éoliens : solutions écologiques ou aménagement criticable ? (26 mai 2004)
 Le commerce équitable : utopie ou marché naissant ? (2 juin 2004)
 Le juste prix des aliments, ou le prix à le prix à payer pour bien manger (avril 2005)
 Gaucho®, Régent TS®, abeilles, faut-il vraiment choisir ? (30 mars 2005)
 Les biotechnologies agricoles peuvent elles subvenir aux besoins des plus démunis ? (13 avril 2005)
 Coton biologique ou Coton Bt génétiquement modifié ? (29 mars 2006)
 Les biocarburants (6 avril 2006)

 La "malbouffe" est-elle une réalité ? (18 avril 2007)

La finalité ?
Il s'agit d'un premier face à face entre des étudiants ayant réalisé une démarche exploratoire et un public à priori intéressé, en quête d'information sur la thématique annoncée. Les étudiants décrivent les étapes d'exploration du domaine (statistiques, exemples, regards de spécialistes), puis construisent une synthèse qui présente les points de vue à prendre en compte pour raisonner le thème choisi et compléter les informations. L'occasion est ainsi donnée, avec le poster, de présenter un processus d'apprentissage, de faire émerger une problématique, de restituer une démarche qui fait réfléchir, qui fait appel à la capacité de rélexion de l'auditeur, et suscite l'envie d'intervention. N'est-ce pas l'objectif des Savoirs Partagés ?

Contact: André Salançon

 Le CNEARC (Centre National d'Etudes Agronomiques des régions Chaudes)

Le Centre national d'études agronomiques des régions chaudes (CNEARC), membre du pôle international Agropolis, forme des agronomes capables de promouvoir et d'accompagner des dynamiques de développement dans les pays du Sud. Il organise à ce titre, avec le concours des institutions de recherche, des stages de 6 mois dans les pays en développement pour les étudiants ingénieurs du cycle d'Etudes Supérieures d'Agronomie Tropicale (ESAT) et du Mastère Développement Agricole Tropical (DAT).

Le « terrain » en milieu tropical est une expérience particulièrement enrichissante pour les étudiants, non seulement par l'immersion brutale dans un environnement socioculturel nouveau, parfois difficile à appréhender, mais aussi par la pratique de dialogues réguliers avec les acteurs locaux et la nécessaire reformulation d'une problématique de recherche en milieu rural. En demandant aux étudiants un effort de présentation devant un public non initié, Agropolis-Museum valorise ces formations originales de l'école reposant sur des stages de terrain, et permet de rendre accessible et plus lisible le travail de recherche avec ses méthodes, ses difficultés, et ses résultats.

 Crises et transformations agraires dans la région de Tombouctou (17 mars 2004)
 Agricultures familiales équatoriennes : diversités et menaces (16 mars 2005)

Contact: Michel Tallec


 Les débats sous l'égide de la Fondation Sciences Citoyennes

La Fondation Sciences Citoyennes créée en 2002 a pour objectif de " favoriser et prolonger le mouvement actuel de réappropriation citoyenne et démocratique de la science, afin de la mettre au service du bien commun ". Elle a repris à son compte la dynamique du Collectif " Ouvrons la Recherche ! ", appel à des forums de la recherche publique " pour une agriculture durable et une bonne alimentation, dans un environnement sain et des campagnes vivantes ".

Les axes d'engagement de la Fondation Sciences Citoyennes (http://sciencescitoyennes.org) rejoignent largement la finalité
d'Agropolis-Museum de promouvoir le dialogue science-société et de faciliter la diffusion la plus large possible de la connaissance
scientifique :

- l'accroissement des capacités de recherche et d'expertise de la société civile, des forces associatives, consuméristes, syndicales et citoyennes (création d'un tiers-secteur scientifique),

- la stimulation de la liberté d'expression et de débat dans le monde scientifique,

- la promotion de l'élaboration démocratique des choix scientifiques et techniques.

Avec la Fondation Sciences Citoyennes, des organisations de la société civile et de la recherche ont lancé début 2004 un appel national pour que la recherche publique réponde mieux aux attentes des citoyens.

A Montpellier cet appel a d'abord permis d'organiser trois conférences publiques dans le cadre des Savoirs Partagés,

 Un milliard d'agriculteurs exclus du progrès technique : comment réorienter la recherche agronomique ? (31 mars 2004)
 
Breveter le vivant : points de vue croisés (4 mai 2004)
 
Génomique et amélioration des plantes : quels enjeux pour la recherche et ses finalités ? (30 juin 2004)

Il s'est traduit aussi par la tenue de forums régionaux, notamment celui de Montpellier le samedi 9 octobre 2004.
Références : "Recherche publique : Droit d'ingérence de la société civile", Actes du colloque du 9 octobre 2004, Montpellier, FSC/Geyser (PDF - 1,9Mo - 40 pages). Version imprimée disponible, écrire à F. Prat, 38 rue haute, 34.270 Claret ou à frederic.prat@geyser.asso.fr

Contact: Pierre Campagne

 

 L'Académie des Technologies et l'Académie d'Agriculture de France

A l'initiative de l'Académie des Technologies et de l'Académie d'Agriculture, un groupe inter-Académies présidé par Pierre Feillet a été mis en place, pour produire un ensemble de travaux destinés à caractériser l'impact des avancées scientifiques et des nouvelles technologies sur la qualité des aliments.

Le dispositif a été mis en place en 2002, il a été décidé d'aborder cette problématique par filière, et selon le processus suivant :
Pour chacune des filières, une équipe d'experts est chargée de produire un document qui fait le point sur la situation et l'organisation de la filière, présente les principales innovations scientifiques et techniques intervenues depuis une vingtaine d'années, les attentes des consommateurs et quelques recommandations et perspectives.

Ce document est transmis au groupe d'Académiciens, présidé par Pierre Feillet, qui établit un rapport plus court, à destination des décideurs, en insistant sur les recommandations.
Ce rapport, avant de devenir public, est approuvé par l'Académie des Technologies.
Le secrétariat de ces groupes est assuré par Christian Bourdel.

A ce jour ont pu être mis en ligne :

 La filière lait de vache (rapport des Académies et rapport d'experts - mai 2004)

 La filière céréales et oléagineux : "grains et graines" (rapport d'experts - novembre 2004)

Un groupe d'experts est actuellement en train de finaliser un troisième rapport sur les produits alimentaires d'origine aquatique, sous la présidence de Luçay Han Ching.

 

Retour Agropolis-Museum