Le monde rural contemporain et son traitement

Conférence-débat
à Agropolis Museum
le 8 mars 2006

cinématographique
"Rendre compte et représenter"

avec des professionnels
Alain Tendero (photographe)
Philippe Ayme (réalisateur)
Pierre Arragon (production multimédia, IAM.M),
des enseignants-chercheurs
Maxime Scheinfeigel (historienne du cinéma, Univ. Montpellier 3)
Eric Léonard (agroéconomiste IRD)
Alain Bourbouze (agropastoraliste IAM.M)

dans le cadre du cycle HorsChamps en partenariat avec l'association Lez-Arts M3

Résumé

Traiter du monde rural par l'image n'est pas chose aisée. Les manières de voir sont multiples face à l’évolution de l'agriculture et la transformation des modes de vie à la campagne. Le choix du vocabulaire (paysan, agriculteur, rural…) n'est-il pas déjà en soi très connoté, révélateur des représentations que l'on veut renvoyer au spectateur ?
Le milieu agricole souffre d'une mauvaise image dans la société française d'aujourd'hui (produits standardisés, pollutions, secteur subventionné…) alors que paradoxalement beaucoup d’entre nous, du seul fait de nos racines paysannes, nous sentons proches de cette réalité. Aujourd’hui il est difficile d'échapper à la caricature nostalgique ou esthétisante des images de la campagne (“faner est la plus jolie chose du monde”) et des vieux métiers d’autrefois ? Le cinéma actuel échappe t-il à cette caricature d'une agriculture en déshérence alors que les changements du dernier siècle ont été stupéfiants ?
Le film documentaire, prédisposé à plus de "réalisme", supposé raconter les choses avec objectivité, est-il bien placé pour rendre compte des ruralités, mieux que le film de fiction par exemple ? La fiction a pourtant montré, depuis longtemps, des scènes de l’agriculture et des paysans, quelquefois de façon très intelligente, et finalement aussi avec efficacité.
Cette efficacité questionne le travail du cinéaste ou du photographe - presqu'exclusivement des “urbains” qui viennent travailler chez les ruraux - et ses rapports à l'objet et avec les personnes filmées. L'approche du milieu et la connaissance réciproque (la complicité selon Jean Rouch), et donc l'intérêt des acteurs paysans au projet du cinéaste, semblent essentiels pour comprendre ce qui se passe, savoir de quoi parler et comment en parler.
Les images intéressent-elles le scientifique quand il s'agit du monde rural ? Les points de vue sur l'image sont multiples comme les entrées disciplinaires (agronomie, géographie, économie, sociologie…) : outil d'analyse des parcours et des évolutions, décryptage des pays et des paysages, éclairage sur des postures (cinéma militant, communication de groupes d'intérêts), regard distancié sur les comportements humains et les déterminants sociaux. De toute évidence l'image restera polémique par nature, au carrefour des représentations, entre ce qu'on veut ou ne veut pas montrer, et elle continuera d'interpeller chacun sur les valeurs de nos sociétés.

En savoir plus :

Compte rendu des interventions et du débat de la table ronde

Rapport bilan sur le cycle «Hors Champs» 2006 (s'adresser aux auteurs: Ass. Lez'Arts : lezartsm3@free.fr)

Descriptif des projections documentaires (pdf 52 ko)

Orientations de lecture

  • Cinémas paysans, 1981. CinémAction n°16, L'harmattan, 208 p (http://www.cinemaction.net)
  • Terre(s). Le monde rural au cinéma. Festival de cinéma de Perpignan. Institut Jean Vigo, avril 2003 (http://www.inst-jeanvigo.asso.fr/confrontation/conf39/confrontation.html)
  • A.M. Martin, A.E. Delavigne, 2001. Images de la ruralité : un regard anthropologique sur quelques films documentaires récents ayant trait à l’espace rural. XXIème Congrès Européen de Sociologie Rurale, Dijon (21) (2001)
  • Association des Cinéastes Documentaristes : http://www.addoc.net/
  • le site de l'exposition “Gens de terre”, Ass. Les Yeux de la Terre, http://les.ydlt.free.fr/

Contacts


Retour Rétrospective | Retour Savoirs Partagés | Retour Agropolis-Museum