Retour sur une catastrophe

Conférence
à Agropolis Museum
le 29 juin 2005

Engagements en faveur du tsunami, entre générosité et ambiguïtés

par Bernadette de Vanssay (sociologue, Univ. Paris V),
Sylvie Brunel (géographe économiste, Univ. P. Valéry)
et
Alain Leplaideur (agronome CIRAD & Ass. ASUR)

Résumé

Le tsunami du 26 décembre 2004 a apporté en quelques heures la désolation et fait nombre de victimes dans les régions du pourtour de l'Océan Indien. Alors qu'images et témoignages du drame ont parcouru rapidement la planète, la veille scientifique n'a pu transmettre ses informations en temps utile aux populations côtières menacées. Les systèmes d'alerte officiels, inopérants, sont apparus d'autant plus critiquables que de nombreuses vies ont été sauvées sans eux, grâce aux alertes spontanées permises par l'expérience locale, la culture du risque (particulièrement en milieu scolaire) et le recours à des réseaux informels utilisant des TIC performantes.

Malgré une collecte sans précédant en faveur des régions sinistrées, les fonds apparaissent encore bien modestes devant l'ampleur des enjeux du développement (le seul service de la dette atteint six fois le montant des dons prévus·) et leur utilisation problématique face à l'offre d'une multitude d'acteurs de l'urgence et du développement. Dans le paysage de l'aide internationale où les ONG sont omniprésentes et incontournables, faut-il craindre que la générosité publique ne soit instrumentalisée au profit de logiques institutionnelles de pérennisation et de croissance, masquant les objectifs affichés, ceux de “ faire progresser, sur le terrain, la justice et l'équité " ?

Avec l'anéantissement des espaces d'activité et des capacités à produire, et après les opérations d'urgence où la logistique prime, la réhabilitation et la reconstruction passent par le dialogue avec les sinistrés et l'identification de leurs besoins, l'organisation des modes d'action et l'assemblage des compétences techniques et scientifiques indispensables. Les pays donateurs sont à cet égard loin (comme en France) de permettre aussi aisément l'intégration des initiatives citoyennes et le recours à l'expertise utiles à l'action.

En savoir plus :

Compte rendu de débat

De Vanssay B. Systèmes d'alerte et représentations du risque

Le Plaideur A. Urgence, réhabilitation et développement

Brunel S., 2001. ONG et mondialisation

Orientations de lecture

  • Moriniaux V. (coord.) : Les Risques. Question de géographie, Nantes, Éditions du Temps, 2003
  • De Vanssay, Pagney, Léone, and al, 2003. Le cyclone Lenny (Antilles)
  • Brunel S., 2001. ONG et mondialisation. Cahiers Français de la Documentation française "Mondialisations et inégalités" (Yves Léonard dir.), n°305, nov-déc 2001.
  • Le Monde Diplomatique, dossier spécial : http://www.monde-diplomatique.fr/dossiers/tsunami/
  • Annie Collovald (dir.), Marie-Hélène Lechien, Sabine Rozier, Laurent Wuillemez, 2002. L’humanitaire ou le management des dévouements. Presses universitaires de Rennes, 2002, 233 pages : http://www.monde-diplomatique.fr/2003/06/POLIAK/10355)
  • Bernard Dreano, 2005. Tsunami : les catastrophes naturelles ne sont naturelles que dans leurs causes. Cedetim.

Contacts


Retour Rétrospective | Retour Savoirs Partagés | Retour Agropolis-Museum