Valorisation ecotouristique

 
 
Table ronde-débat
à Agropolis Museum
le 3 février 2006

des zones humides :
un mode de développement durable en Méditerranée et en Afrique ?

avec Sylvie Blangy (expertise touristique, enseignante chercheuse)
et Christophe Lauriol
(ODIT-Mission Littoral)

Participants à la table ronde :
Olivier Barrière
(IRD, droit de l'environnement)
Guilhem Reboul
(Mission Départementale du Tourisme de l'Hérault)
Marc Barral
(représentant le Syndicat mixte de la Camargue gardoise)
Denis Dussuchale
(directeur de l'Hôtel Ibis, Groupe ACCOR)
Daniel Crépin, modérateur
(DIREN Languedoc Roussillon)

Table ronde - débat organisée par
Agropolis-Museum, le Pôle relais lagunes et la DIREN-Languedoc-Roussillon
dans le cadre des "JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES"

Résumé

La convention du 2 février 1971 sur les zones humides est le seul traité international de protection de l’environnement consacré à un écosystème particulier, et chaque pays signataire s'engage à maintenir les caractéristiques écologiques des sites nationaux inscrits sur la liste Ramsar (plus de 1400 sites labellisés à ce jour).

Dotés de fonctions écologiques et environnementales multiples (filtrage des eaux, prévention d'inondation, alimentation de nappes phréatiques, réservoir de biodiversité...), les milieux littoraux sont aussi le support d'activités essentielles : socioéconomiques (élevage, saliculture, exploitation de végétaux, pêche, conchyliculture), paysagères et culturelles (cadre de vie, espace de loisir et de découverte avec le nautisme, le tourisme vert, la chasse...). Déjà soumises à de fortes pressions anthropiques - expansion démographique et urbaine, fréquentation touristique - et maintenant menacées par le réchauffement climatique, les zones littorales représentent un enjeu majeur des années à venir.

Des expériences touristiques très typées, du littoral méditerranéen (Languedoc-Roussillon) et de la côte africaine (le banc d’Arguin), seront présentées, chacune avec son histoire, ses spécificités, ses formes de développement. Dans les deux cas, la mise en place d’une gestion intégrée est urgente, prenant en compte les besoins des populations locales, faisant de l'écotourisme un élément moteur du développement durable. Utopie, nécessité, ou réalité ?

En savoir plus :

Interventions des conférenciers et Compte rendu des débats



Forum Venez poursuivre la discussion sur le forum :
L'écotourisme, outil pertinent de développement local durable ?

Orientations de lecture

Contacts


Retour Rétrospective | Retour Savoirs Partagés | Retour Agropolis-Museum